Le Minnesota

Le Minnesota (prononcé en anglais [mɪnəˈsoʊtə]) est un État du Midwest des États-Unis, bordé à l’ouest par le Dakota du Nord et le Dakota du Sud, au nord par les provinces canadiennes du Manitoba et de l’Ontario, à l’est par le lac Supérieur et le Wisconsin et au sud par l’Iowa.

C’est l’État américain le plus au nord, si l’on excepte l’Alaska. En effet, l’extrémité nord-ouest est la seule région des 48 États contigus qui se trouve au nord du 49e parallèle nord.

C’est une terre incroyablement plate. Le plus haut sommet ne dépasse pas les 700 m.

D’une superficie de 225 180 km2, le Minnesota représente 2,25 % de la superficie des États-Unis et se classe au douzième rang des États les plus grands. Sa population compte 5 679 718 habitants en 2018 (vingt-deuxième rang). L’index du niveau de vie est parmi le plus élevé des États-Unis, ses habitants sont parmi les mieux éduqués, les mieux formés et les plus aisés de la nation.

La capitale du Minnesota est Saint Paul. Sa voisine, Minneapolis, est également une ville très influente.

Drapeau du Minnesota
Drapeau du Minnesota
Sceau du Minnesota
Sceau du Minnesota

Le mot Minnesota vient de l’expression Dakota « Mnisota Makoce », traduite par « terre où l’eau reflète le ciel », en référence aux 11 842 lacs et plus de 6 000 cours d’eau naturels et rivières du territoire plutôt qu’à la rivière Minnesota. Le Minnesota est d’ailleurs surnommé « la terre des 10 000 lacs ».

Le nom de la rivière Minnesota vient du mot Dakota « mnisota ». Min (parfois mini, ou minne) peut être traduit comme l’eau. Mnisota est alors traduit comme « l’eau trouble ». Les Amérindiens versaient du lait dans l’eau pour expliquer som nom aux premiers colons. Beaucoup d’endroits dans l’État contiennent le mot de la langue dakota pour l’eau, telle que les chutes de Minnehaha (la chute d’eau), Minneiska (l’eau blanche), Minneota (beaucoup d’eau), Minnetonka (la grande eau), Minnetrista (l’eau tordue).

Histoire

Pierre runique de Kensington
Pierre runique de Kensington

Les premières traces d’occupation humaine dans l’État remontent à 9 000 ans, avec les ossements d’un individu surnommé le Browns Valley Man du fait de sa découverte près du village de Browns Valley en 1933. De ces premiers Amérindiens descendirent les Anichinabés et les Sioux. La pierre runique de Kensington, découverte en 1898 près de Kensington, suggère que des explorateurs scandinaves auraient atteint le milieu de l’Amérique du Nord durant le 14ème siècle. Cette affirmation est controversée. Cette théorie n’est pour l’instant pas scientifiquement prouvée et il pourrait s’agir d’un canular. Les premiers blancs étaient donc des coureurs de bois canadiens au 17ème siècle. Plus tard durant ce siècle, les Ojibwés émigrèrent au Minnesota, ce qui créa des tensions avec les Sioux.

L’histoire des Amérindiens du Minnesota est intimement liée à la France. Des commerçants, chasseurs, prêtres et explorateurs français prirent contact avec les Amérindiens dès le 17ème siècle. Ils établirent des liens avec les Premières Nations du Canada, les tribus des Grands Lacs, du Minnesota et des Plaines du Nord. Les explorateurs tels que Daniel Greysolon, sieur du Lhut, Joseph Nicollet et le franciscain Louis Hennepin aidèrent à mettre cette région sur la carte. De nombreux Ojibwés et Dakotas, dont le fondateur de l’American Indian Movement (AIM) Clyde Bellecourt et sa Directrice des Opérations Norma Renville, portent des noms de famille français.

En 1679, le Français René-Robert Cavelier de la Salle explore le Mississippi et arrive dans l’actuel état du Dakota du Nord. Il surnomme la région « L’étoile du Nord ». Ce nom deviendra par la suite la devise du Minnesota.

À ses débuts, beaucoup de nouveaux colons étaient des Canadiens. Lorsque le commerce d’alcool fleurit, les officiers militaires américains interdirent aux Canadiens de vivre trop près du fort américain Fort Snelling. C’est alors que Pierre Parrant, surnommé Pig’s Eye (œil de cochon) parce qu’il était borgne, acheta une caverne à l’intérieur de laquelle se trouvait une fontaine d’eau de source pour sa distillerie. Il ouvrit sa première taverne le 1er juin 1838. Cette taverne est considérée comme la fondation de Saint Paul. Elle devint très populaire auprès des résidents des communautés environnantes. Dès 1840, la communauté canadienne était devenue un centre de commerce et une destination importants pour les colons qui émigraient vers l’ouest.

En 1841, le père Lucien Galtier fut envoyé comme chef spirituel des canadiens catholiques et construisit une chapelle au-dessus du plateau Lambert (Lambert’s Landing) qu’il nomma d’après son saint favori Saint Paul. Le territoire du Minnesota fut établi en 1849 et Saint Paul devint sa capitale. En 1857, on vota pour déplacer la capitale à Saint-Pierre. Cependant, Joseph Rolette, trappeur et membre de la législature territoriale, ne transmit pas la requête et le 11 mai 1858, l’État du Minnesota devint le trente-deuxième état des États-Unis avec Saint Paul comme capitale.

La paroisse de Saint Louis, roi de France, est fondée en 1868 par un architecte français très en vue à cette époque, Emmanuel Louis Masqueray. Bien que son église soit plus petite que la cathédrale Saint Paul ou la basilique Sainte Mary, situées à Minneapolis et réalisées elles aussi par le même architecte, Masqueray avait une préférence pour cet édifice qu’il surnommait sa « petite perle ».

Le Minnesota a historiquement toujours été une terre d’accueil pour les populations scandinaves, surtout suédoises, et germaniques. Les premiers ont cherché à s’établir de préférence dans les forêts du nord de l’État tandis que les seconds s’installèrent plus souvent dans les plaines du sud. Cet héritage est mis en valeur dans de très nombreux endroits comme à Moorhead, à la frontière du Dakota du Nord avec son Hjemkomst Center où est exposé un bateau viking, ainsi que ses festivals très populaires en été.

Minneapolis étant située entre les deux régions possède en conséquence une large partie de sa population descendant de ces ethnies.

Climat

Les saisons d’hiver et d’été sont très prononcées. En hiver, il fait notoirement froid et les chutes de neige sont fréquentes. Au contraire, comme dans la plupart des États continentaux des États-Unis, les étés sont chauds et humides. Il y a fréquemment des orages au printemps, en été et quelquefois en automne. Ces orages peuvent se transformer en tornades et donner lieu à des chutes de grêle. Le printemps et l’automne ne durent pas longtemps.

Tourisme

Le Minnesota se caractérise par une nature omniprésente et préservée. Le nord-est est le meilleur endroit pour voir les lacs, dont le lac Supérieur, les rivières, les rapides et les cascades tonitruantes. La porte d’entrée de cette région est la ville portuaire de Duluth, une ville incontournable située sur la rive Nord du Lac Supérieur, riche d’histoire et à 2 h de route de Grand Rapids. C’est la ville natale de Bob Dylan, le départ de nombreuses excursions dans la nature et pour le célèbre North Shore. Toute cette région est particulièrement somptueuse en automne et en hiver.

Le fleuve Mississippi prend sa source au nord de l’État dans le lac Itasca. Son affluent, le Minnesota, prend aussi sa source au sud-ouest de l’État et se jette dans le Mississippi au sud de Minneapolis et de Saint Paul.

Le sud du Minnesota est couvert de prairies, de petites villes tranquilles, de paisibles rivières et offre de nombreux sites historiques des pionniers et des Amérindiens.

Découvrez le Minnesota sur le site officiel et sur Wikipedia (en anglais).

Découvrez le Minnesota sur place :

Le Minnesota History Center de Saint Paul est l’un des 26 sites administrés par la vénérable Minnesota Historical Society remontant à 1849 et dont il est en même temps le siège.

Sont exposées et stockées dans ce bâtiment imposant et original inauguré en 1993, les collections de la société d’histoire du Minnesota (plus d’un million d’objets). Une bibliothèque, un musée aux expositions interactives (par exemple, un C-47 de la dernière Guerre Mondiale), des programmes de lectures et conférences, un auditorium ainsi que les inévitables boutiques et un café accueillent le visiteur.

Parmi les 25 autres sites éparpillés dans tout l’état, on trouve aussi bien des lieux datant de l’époque des compagnies de fourrures et des missions indiennes que des demeures de personnages historiques, phares, forts, gares ou champs de bataille, sites commerciaux, agricoles ou industriels, tous passionnants (voir ci-après).

La Minnesota Historical Society propose une gamme d’excursions très variée pour tous les goûts (nature, histoire, Amérindiens, Mississippi, etc.).

Walnut Grove, situé dans le Minnesota à 250 kilomètres au sud-ouest de Minneapolis, accueille le Laura Ingalls Wilder Museum, musée dédié à l’auteure de « La Petite Maison dans la prairie (Little House Books) ».

Le Minnesota Landscape Arboretum est un jardin d’horticulture et un arboretum de 4,60 km2.

Le National Eagle Center (Centre de recherches préventives sur le Pygargue à tête blanche) à Wabasha à 140 kilomètres au sud-est de Minneapolis.

New Ulm, à environ 150 kilomètres de Minneapolis, a été fondée en 1854 par des allemands. Délicieusement rétro et étrangement européenne, New Ulm abrite l’une des plus vieilles brasseries familiales américaines : August Schell Brewing Company.

La petite ville d’Harmony, « The Biggest Little Town in Southern Minnesota » à 210 kilomètres au sud-est de Minneapolis, abrite une importante communauté Amish.

Le musée Charles Lindbergh et le parc fédéral à Little Falls, au nord-ouest de Minneapolis à seulement 170 kilomètres.

Le Forestville Mystery Cave State Park, situé près de Preston à l’extrême sud-est du Minnesota, est un écosite karstique constitué de dolines, de cavités et de grandes salles souterraines. C’est également un musée vivant d’espèces rares et en danger (escargots, crotales des bois, cervidés, ratons laveurs, castors, renards, visons d’Amérique, opossums, marmottes, écureuils, coyotes, etc.).

Les Amérindiens

Terre de nombreuses tribus dont les Ojibwés et les Sioux sont les plus importantes, le Minnesota bénéficie d’un riche patrimoine autochtone mis en valeur par un calendrier événementiel bien fourni et plusieurs sites historiques illustrant les cultures indiennes ou leurs relations conflictuelles avec les envahisseurs blancs.

Il est intéressant de mentionner que les White Earth Band of Ojibwe, membres de la tribu autochtone des Chippewas, récoltent encore de nos jours et de manière traditionnelle du riz sauvage (Wild Rice), appelé « Manoomin » en Ojibwé et zizania palustris ou zizanie des marais en Français. La moisson se fait à la main, sur l’eau, en inclinant les long panicules et en les battant à l’aide des rames de manière à faire tomber les grains — très allongés et de couleur noire — dans les canoës. Les premiers Français arrivés en Amérique du Nord ont appelé cette plante « folle avoine ».

Découvrez les Amérindiens :

Le Centre d’Interprétation du Mouvement des Indiens d’Amérique (American Indian Movement Interpretive Center) à Minneapolis possède des archives documentant les luttes amérindiennes pour les droits civiques et la souveraineté aux États-Unis. Il vend également du Wild Rice.

Les White Earth Band of Ojibwe, membres de la tribu autochtone des Chippewas.

Le Mille Lacs Indian Museum and Trading Post à Onamia, musée consacré à la culture des Ojibwés.

Le plus grand Pow Wow du Midwest, le Grand Celebration Pow Wow d’Hinckley près du Mille Lacs Lake, accueille en juin plus de 1 200 danseurs, batteurs de tambour et chanteurs de la plupart des tribus des États-Unis et du Canada.

The Bois Forte Heritage Center & Cultural Museum à Tower sur les berges du Lac Vermilion raconte l’histoire des Ojibwés Bois Forte.

Le Monument national du Grand Portage (Grand Portage National Monument Heritage Center), est un monument national américain situé dans une forêt boréale sur la rive nord du Lac Supérieur à l’extrême nord-est du Minnesota destiné à préserver un centre vital de l’activité de la Traite des fourrures et un héritage de la culture locale Ojibwé. Chaque deuxième week-end d’août, le Grand Portage Rendezvous Days & Pow Wow est l’occasion de revivre les festivités données lors des « rendez-vous » (le terme français en usage) entre les « voyageurs » et les Indiens.

Les Pétroglyphes de Jeffers (Jeffers Petroglyphs) près de Comfrey au sud-ouest du Minnesota, gravés sur des affleurements, associés aux peuples Sioux et datés de 9 000 av. J.-C. à 7 000 av. J.-C.

Les guides Our People Our Story (OPOS) à Prior Lake à 50 kilomètres de Minneapolis.

Le Snake River Fur Post à Pine City, le Pipestone National Monument à Pipestone, les forts Snelling à St. Paul et Ridgely à Fairfax, la Lower Sioux Agency à Morton et le Traverse des Sioux Historic Sites à St. Peter sont autant d’opportunités de découvrir le passé et la vitalité de la culture des « peuples premiers ».


Le fleuve Mississipi est une voie commerciale majeure qui relie même les États-Unis au reste du monde. Plus de la moitié des céréales produites aux États-Unis sont en effet acheminées par bateau jusqu’aux principaux centres d’exportation du pays.

Découvrez le Mississippi :

Minnesota’s Great River Road.